Sauter la navigation

Donner à une fin précise : 600 000 $ pour faire progresser le processus de vérité et de réconciliation

Afin de commémorer la première Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, le 30 septembre, BMO a annoncé aujourd’hui des dons totalisant 600 000 $ à des organisations autochtones du Canada. Sélectionnées en consultation avec le conseil consultatif pour les communautés autochtones de BMO, plusieurs des organisations dirigées par des Autochtones œuvrent à la promotion de la guérison émotionnelle et spirituelle des survivants, de leurs familles et de leurs communautés, tandis que d’autres concentrent leur attention sur la progression de la réappropriation culturelle, comme la langue et l’apprentissage traditionnel inspiré de la terre. Toutes jouent un rôle important dans le cheminement vers la vérité et la réconciliation.

« Alors que nous nous préparons à souligner la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, nous réfléchissons au défi de surmonter les dommages causés à des générations d’enfants, de familles, de communautés et de cultures autochtones par le système des pensionnats autochtones au Canada, a déclaré Mike Bonner, chef, Services bancaires aux entreprises au Canada, BMO Banque de Montréal, et coprésident, Conseil consultatif pour les communautés autochtones de BMO. Ces dons reconnaissent la nécessité d’adopter une approche globale de l’autonomisation et reflètent le partenariat continu et collaboratif qui sous-tend la relation que BMO entretient avec les communautés autochtones. Ils incarnent également notre raison d’être, qui est d’avoir le cran de faire une différence dans la vie comme en affaire en bâtissant des collectivités dynamiques pour un avenir plus brillant et plus inclusif, et en faisant progresser l’appel à la vérité et à la réconciliation dans l’ensemble du Canada. »

« Nous remercions BMO pour son soutien au Fonds Na-mi-quai-ni-mak, a indiqué Stephanie Scott, directrice générale du CNVR. Ce don est un investissement dans la guérison des survivants et de leurs communautés. Pour que le pays puisse avancer ensemble, nos communautés doivent guérir. Le programme Na-mi-quai-ni-mak joue un rôle important dans cette guérison. »

Parce qu’elles se souviennent du passé, guérissent aujourd’hui pour demain et renouvellent la culture et l’autodétermination des Autochtones, les organisations suivantes ont reçu des dons :

  • Le Centre national pour la vérité et la réconciliation (CNVR) recevra un don unique de 250 000 $ pour son Fonds de soutien communautaire Na-mi-quai-ni-mak (« Je me souviens d’eux »), qui accorde des subventions aux communautés autochtones pour des activités de commémoration et de guérison telles que des cérémonies et des fêtes organisées par les communautés, des lieux commémoratifs comme des jardins et des plaques, et l’entretien des lieux de sépulture. Ce fonds est le seul du genre à portée nationale au Canada qui soit dirigé par des Autochtones et accessible à toutes les communautés autochtones. Le CNVR contribue à l’éducation du public et à la compréhension des pensionnats et de l’agression plus large commise contre les cultures et les identités des peuples autochtones, et il abrite notamment les déclarations, les objets sacrés et autres documents que les survivants des pensionnats autochtones ont remis à la Commission de vérité et réconciliation.
  • Le Gitpo Spirit Lodge (en anglais), un centre de bien-être pour hommes situé à Natoaganeg (Première Nation d’Eel Ground), au Nouveau-Brunswick. Le centre offre des programmes qui sont culturellement pertinents pour le bien-être physique, émotionnel et spirituel des hommes autochtones des communautés.
  • Le Kaska Dena Youth Camp, qui est géré par le Dechinta Centre for Research and Learning (en anglais), offre aux jeunes de la communauté nordique Dena de Tu Łidlini, ou Ross River, au Yukon, l’occasion de renouer avec leur culture et leurs aînés.
  • Indspire, un organisme de bienfaisance dirigé par des Autochtones qui investit dans l’accès à l’éducation grâce à des bourses et à des programmes d’études qui soutiennent les élèves et étudiants autochtones dans tout le pays.
  • Le Indigenous Learning Centre (en anglais), établi par AFOA Canada (auparavant connue sous le nom d’Association des agents financiers autochtones du Canada), qui offre des bourses d’études aux membres des Premières Nations, aux Inuit et aux Métis qui souhaitent poursuivre leurs études en finance, en gestion et en gouvernance.
  • L’Orange Shirt Society (en anglais), qui se consacre à honorer les survivants des pensionnats autochtones et à sensibiliser le public par l’éducation. À ce don s’ajoute le produit de la vente des t-shirts orange portés par les employés de BMO, qui sera également versé à la Orange Shirt Society.

Le 30 septembre, à l’instar du reste du Canada, les employés de BMO au Canada observeront la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, une occasion de réfléchir à notre histoire commune et à ses répercussions, et de réaffirmer l’engagement de la Banque envers la vérité et la réconciliation. Apprenez-plus dans Wîcihitowin ᐑᒋᐦᐃᑐᐏᐣ, le premier rapport de BMO sur les partenariats et les progrès réalisés en faveur des Autochtones.

Matières connexes

Ula Ubani

Ula Ubani de BMO figure parmi les lauréates des prix Top 100 des Canadiennes les plus influentes par WXN

Une dirigeante de BMO Groupe financier figure parmi les lauréates des prix Top 100 des Canadiennes les plus influentes du Réseau des femmes exécutives (Women’s Executive Network ou WXN). Ula Ubani, vice-présidente, ombudsman et chef de l’éthique et du code de conduite, a…… Lire la suite

Diversité, équité et inclusion, Notre raison d’être, Reconnaissance